Trooper – Pt. 1(Fr.)

Claude Lalancette, vétéran des forces aéroportées, a passé les 25 dernières années dans un enfer créé par son gouvernement.

Le 19 septembre 2016, le parachutiste à la retraite Claude Lalancette s’est assis sur la colline du Parlement et a entamé une grève de la faim pour protester contre le fait que le gouvernement ne reconnaît pas les anciens combattants touchés par l’intoxication à la méfloquine. Cela ne durerait que 4 heures, mais moins de trois semaines plus tard, il serait de retour en raison de promesses non tenues. Cette fois, sa grève de la faim durerait 4 jours avant que l’opposition ne le rencontre enfin pour lui donner 4 heures pour témoigner devant le Comité permanent des anciens combattants.

Ce serait un geste d’apaisement, et bien que Lalancette obtienne une partie de ce qu’il cherchait, il y eut finalement très peu de satisfaction à obtenir.

Mefloquine Trooper

Claude était l’un des premiers vétérinaires à la méfloquine que j’ai contactés. Je le connaissais sur Twitter où il s’appelait Mefloquine Trooper et j’ai commencé à dialoguer avec lui. Finalement, je finissais par connaître son identité et je le contactais sur Facebook. Je voulais vraiment faire une histoire sur ce gars. Toute personne désirant aller à Ottawa camper sur la colline au début d’octobre et organiser une grève de la faim pour démarrer était une personne à qui je voulais vraiment parler.

J’ai finalement eu l’occasion de lui parler au téléphone, ce qui m’a permis de faire connaissance avec Claude en tant qu’homme, ancien combattant et atteint de quinisme. En parlant avec lui, je me suis retrouvé à remonter dans le temps, à me souvenir de souvenirs d’il ya plus d’un quart de siècle.

Oka

Claude a rejoint l’armée en 1990 et est devenu membre du Royal Canadian Regiment (RCR). Cet été-là, il fut déployé à Oka, au Québec, avec un groupe d’environ 2 500 soldats, principalement du Royal 22 e Régiment de Québec, les Van Doo’s.

Ils ont été envoyés là-bas en réaction à une impasse entre les guerriers mohawks et la Surete du Quebec qui avait attiré l’attention du pays à l’été 1990. Ils seraient présents pendant un mois avant que les guerriers mohawks ne remettent leurs armes la confrontation a pris fin.

Somalie

En 1992, Lalancette avait été réintégré au Van Doo et avait été choisi pour rejoindre les rangs du régiment aéroporté, servant dans le 1 Commando. Le lendemain de Noël de cette année, il est arrivé en Somalie, laissant derrière lui le froid hivernal canadien et atterrissant dans un haut fourneau à une température supérieure à 40 ° C.

Il ne se souvient pas d’avoir pris de la méfloquine avant son départ, mais il y avait tellement de vaccins à prendre et de médicaments avant le départ qu’il ne pouvait en être sûr. Il se souvient cependant avoir été informé de la drogue à son arrivée en Somalie. Il dit qu’on leur a dit que le médicament qu’on leur donnait était un nouvel antipaludique, pris une fois par semaine.

À aucun moment, on ne leur a dit que le médicament qui leur était administré n’avait pas encore été approuvé au Canada, ni qu’ils devaient faire partie d’un essai clinique pour ce médicament qui devait encore être approuvé. On leur a simplement ordonné de prendre les médicaments, le refus n’était pas une option.

L’effet secondaire le plus immédiat que Claude ressentait était la «pourriture de l’intestin», suivie des maux de tête et de la photophobie. Alors les cauchemars commenceraient. Comme la plupart des gens qui ont connu des effets secondaires graves, Claude aurait des cauchemars vifs et dérangeants. Sa femme était enceinte de six mois à l’époque et il rêvait qu’il la déchirait littéralement.

Un grand nombre d’hommes du 1 er Commando présentaient des effets secondaires désagréables après la prise de la méfloquine, généralement à leur point le plus grave immédiatement après avoir pris leur pilule hebdomadaire. Au cours de la troisième semaine du déploiement, on a commencé à croire que les soldats allaient refuser leur prochain dosage. Quand le moment est venu de donner leur dose hebdomadaire aux hommes, le commandant en second du peloton était présent avec le médecin. Une fois rassemblés, on leur a dit que s’ils ne prenaient pas leur dose de méfloquine, ils seraient accusés et emprisonnés. Les hommes ont ensuite dû prendre la pilule devant le peloton 2 IC en ouvrant la bouche pour montrer qu’ils l’avaient avalée.

Mayhem à Mogadiscio

742/5000En janvier 1991, alors que les chefs de guerre rivaux s’approchaient de Mogadiscio, capitale de la Somalie, le dictateur Mohamed Siad Barre s’enfuit dans une forteresse du sud du pays mais fut finalement contraint de s’exiler. Après 22 ans au pouvoir, l’ancien homme fort est devenu de plus en plus impopulaire, ce qui l’a conduit à son éviction. Il mourrait d’une crise cardiaque au Nigeria quatre ans plus tard.

La Somalie a éclaté dans la guerre civile et est à ce jour considérée comme un État en faillite. En 1992, la situation s’était détériorée à un point tel que l’ONU est intervenue et a demandé une assistance internationale pour faire face à la crise humanitaire qui se développait sur le terrain. La contribution de Cananda a commencé à arriver en décembre 1992. Claude Lalancette atterrirait à Mogadiscio le lendemain de Noël.

Il ne faudrait pas longtemps avant que se produise le premier événement étrange qui se produirait plus tard, ce qui serait plus tard compris comme étant le résultat de la toxicité de la méfloquine. Alors que je commençais à entendre les mêmes récits d’anciens combattants somaliens de plus en plus nombreux, ce qui commençait à me sembler évident était à quel point certains d’entre eux avaient eu la chance d’être rentrés vivants à la maison.

Détournement de la fête

Un déploiement à Noël signifierait que beaucoup de soldats rateraient leur dîner avec leur famille. Afin de donner un peu de moral aux hommes nouvellement arrivés, des dispositions avaient été prises pour faire venir un bateau de croisière au port pendant trois jours. Là-bas, au cours de trois soirées, les troupes auraient la possibilité de prendre leur dîner de Noël lors d’une fête organisée à bord d’un navire.

Lalancette me parle d’un incident survenu juste avant son arrivée en Somalie. Un navire de croisière avait été amené au port de Mogadiscio dans le but d’organiser une fête de Noël pour ceux qui avaient été déployés dans les avant-postes. Il se déroulerait sur trois nuits pour s’assurer que tout le monde avait l’occasion d’y aller. La deuxième nuit cependant, les choses ont mal tourné.

La soirée a bien commencé, le groupe a dîné et a pris quelques verres. Cependant, à la fin de la soirée, quelques-uns des hommes ont encore bu quelques verres, et il ne fallut pas longtemps avant que les choses ne commencent à devenir incontrôlables. L’un des hommes mettrait un terme à la fête d’une manière inattendue.

L’homme prit son couteau C5 et se dirigea vers le pont. Une fois là-bas, il tenta de détourner le navire et ordonna à l’équipage de passerelle de rentrer au Canada. Après avoir été maîtrisé, il a été retiré du navire et le lendemain, il a été renvoyé au Canada sous escorte de la police militaire.

Aller «cow-boy»


Ce ne serait pas le seul incident de comportement bizarre observé lors de cette tournée. Lalancette me raconte qu’il a eu quelques whiskies avec un copain le jour de son anniversaire. Il était courant d’échanger des rations avec des homologues étrangers et les Italiens avaient dans leurs rations une bouteille de whisky. Comme c’était l’anniversaire de Lalancette, les membres de sa section lui ont donné leur bouteille d’une once.

Lalancette a commencé à entendre des tambours de guerre. Il était le seul à les entendre et il voulait explorer la provenance du son. Seul le compagnon d’alcool de Lalancette était disposé à l’accompagner. Ils se sont préparés et ont entamé une patrouille illégitime. Ils marchèrent et marchèrent dans la nuit du désert, suivant le son jusqu’à ce que le son s’arrête. De retour à l’enceinte du 1 er Commando, le compagnon de beuverie de Lalancette avait des pulsions homicides. Son idée était de pénétrer dans une cabane nomade et de trancher la gorge d’un Somalien innocent pendant qu’il dormait. Lalancette finit par le convaincre que cela ne valait pas la peine et ils retournèrent tous les deux à la base comme s’il ne se passait rien.

L’alcool et la méfloquine ne font pas bon ménage

Depuis lors, nous en avons appris beaucoup plus sur la méfloquine, notamment sur le fait que l’alcool doit être évité pendant la prise. Elspeth Cameron Ritchie, psychiatre légiste, a écrit dans un article de 2013 dans le Journal de l’Académie américaine de psychiatrie et du droit:

En plus d’une progression liée à la dose, les symptômes d’intoxication à la méfloquine peuvent présenter une présentation épilatoire et décroissante. Il est tentant de penser que, dans certains cas, cette présentation peut refléter l’évolution clinique d’un état épileptique limbique sous-jacent114 ou d’une crise convulsive limbique132, -, 134 provoquée par le médicament135. À cet égard, il est raisonnable de supposer L’alcool ou certaines autres drogues, en association avec la méfloquine, pourraient abaisser le seuil d’épilepsie limbique ou provoquer une dysrégulation supplémentaire des interneurones inhibiteurs limbiques125, contribuant à un risque de potentialisation soudaine. Les rapports décrivant les convulsions et les réactions psychotiques immédiatement après l’ingestion d’alcool sont bien représentés dans la littérature, 42 136 137 et la consommation d’alcool est fréquemment évoquée comme facteur de confusion potentiel dans les cas de réactions sévères au médicament.27,138
 

Elspeth Cameron Ritchie, Jerald Block et Remington Lee Nevin
Journal de l’Académie américaine de psychiatrie et du droit en ligne, juin 2013, 41 (2) 224-235;

Malheureusement, personne ne le savait à l’époque. Il est probable que personne n’a pris la peine de le savoir non plus.

Dans la partie 2

Une mort en Somalie, une famille déchirée et un homme poussé à une grève de la faim.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s