Pilule Empoisonnée: l’histoire de la méfloquine du laboratoire à la salle d’audience

Partie 1: Composé WR 142,490

Institut de recherche de l’armée Walter Reed

Les informations contenues dans ce récit, ainsi que dans tous les écrits antérieurs et futurs sur la méfloquine, ont été obtenues de nombreux journaux et revues universitaires. J’ai accès à un grand nombre de travaux universitaires qui m’ont permis de mener les recherches que j’ai menées sur ce sujet particulier. Toutes les opinions que je peux exprimer sont basées sur cette information et ne sont pas des spéculations ou des conjectures de ma part.

L’Institut de recherche de l’armée Walter Reed (WRAIR) a commencé à trouver un nouveau traitement antipaludique pendant la guerre au Vietnam. Le médicament standard à l’époque, la chloroquine, n’était plus efficace car la variante la plus dangereuse de la maladie tropicale avait développé une résistance au médicament.

Entre 250 000 et 300 000 composés ont été testés dans le cadre de son programme de lutte contre le paludisme sur une période d’environ 10 ans. L’un d’eux était un composé connu sous le nom de WR 142,490. On ne sait pas quand le composé a été synthétisé pour la première fois, mais les informations que j’ai trouvées jusqu’à présent le situent entre 1968 et 1971.

Le Congrès interdit à l’armée américaine de commercialiser un médicament directement auprès du public. Elle s’est donc tournée vers le géant pharmaceutique suisse F.Hoffmann-La Roche AG (Roche) pour cela. La prophylaxie antipaludique est une nécessité pour quiconque se rendant dans une zone touchée par le paludisme. Il existait donc un marché bien défini pour le médicament, tant sur le plan commercial que militaire. Plus important encore, il serait accessible aux millions de personnes vivant dans les zones touchées par le paludisme et n’ayant pas de résistance génétique au paludisme.

La Roche Tower, siège de Hoffmann-La Roche à Bâle (2015).

Le WRAIR a communiqué gratuitement les résultats de ses essais de phase I et de phase II à Roche, qui ne tarderait pas à mener ses propres essais cliniques. Roche obtiendrait l’approbation pour le médicament en Suisse et commencerait à le commercialiser là-bas en 1985 et peu de temps après en France, sous la marque Lariam.

Les essais cliniques

La première mention dans la littérature des essais cliniques portant sur le WR 142 490 que j’ai pu localiser date de 1973, dans un article intitulé «Infections du paludisme humain chez le singe hibou». Le document fait référence à un certain nombre de composés qui ont été testés dans le cadre de l’étude, parmi lesquels WR 142,490. Il note que le composé s’est bien comporté au cours de l’essai et que son potentiel de développement est optimiste.

L’ancienne prison Stateville de Joliet, Ill. Fermée en 2002

Le document fait également référence à une étude menée simultanément à Chicago par Rieckmann et Carson au centre médical Rush-Presbyterian-St.Luke à Chicago. Les résultats de l’étude paraissent dans la revue “Science” du 21 novembre 1975. Cette étude a été menée par l’unité de recherche sur le paludisme du projet de recherche médicale en médecine de l’hôpital Rush-Presbyterian-St.Luke de Chicago et par le Pénitencier à Joliet, Illinois.

L’armée a souvent utilisé des détenus dans des établissements correctionnels pour participer à des essais de drogue. Selon toutes les indications, les participants à ces essais étaient tous des volontaires, mais cela n’annule pas les implications éthiques des tests scientifiques sur les prisonniers. C’est logique pour des raisons purement scientifiques, mais ce n’est qu’une occasion parmi tant d’autres où la science et l’éthique se sont affrontées au cours des siècles et que quelqu’un d’autre doit en débattre maintenant.

Selon le journal, l’essai a été réalisé sur 47 hommes volontaires infectés par le paludisme. Encore une fois, les résultats étaient prometteurs. Il a réussi à traiter le paludisme, avec des taux de guérison similaires à ceux observés dans les traitements actuels, et surtout, très peu d’effets secondaires graves y ont été associés. Il n’y a aucune mention d’effets indésirables psychologiques.

Un certain nombre d’essais de phase II et même de phase III sont réalisés au cours de la prochaine décennie, généralement dans des zones situées à l’intérieur de zones de paludisme. Les études ont été réalisées avec un nombre de participants allant de moins d’une douzaine à un maximum de 1 000, mais la plupart semblent se situer entre 50 et 400 participants. Il a été fait mention d’effets secondaires psychologiques, d’hallucinations, de mauvais rêves, etc., mais cela semble avoir donné peu de crédit. Souvent, de telles réactions étaient attribuées à une maladie mentale non diagnostiquée ou à une toxicomanie.

L’Organisation mondiale de la santé

L’OMS a entre autres pour mandat de surveiller les niveaux de maladies dans le monde, y compris le paludisme, et d’aider à l’élaboration d’un plan visant à prévenir leur propagation et à leur trouver des traitements. Pendant des années, le paludisme était une préoccupation majeure de l’organisation, la résistance à la chloroquine rendant la médecine contemporaine inutile. Un nouveau traitement était un impératif absolu et WR 149 490 a retenu leur attention en 1974.

Dans un article du Bulletin de l’Organisation mondiale de la Santé publié en 1974, le composé entre pour la première fois dans la littérature de l’OMS, où les résultats d’un essai clinique impliquant 47 volontaires sont publiés. Encore une fois, malgré le faible nombre de participants, les auteurs du document semblent optimistes quant à leur découverte de la prochaine génération de traitement et de prophylaxie contre le paludisme.

Dès le début, une nouvelle variable faisait partie de l’équation et était la résistance aux médicaments. Les chercheurs s’inquiétaient tôt du temps qu’il faudrait avant qu’une souche du paludisme résistant au nouveau médicament ne le soit. Déjà dans les années 1970, des cas de paludisme faisant preuve d’une résistance au médicament, appelé maintenant méfloquine, avaient même été signalés. Un certain nombre d’études menées dans les années 70 et 80 ont été réalisées dans le but de tester l’efficacité de la méfloquine lorsqu’il est utilisé en association avec divers autres traitements prophylactiques. L’espoir était de ralentir le rythme auquel la résistance se développerait, afin de leur donner le temps de développer la prochaine génération de médicaments antipaludiques.

Ensuite, en 1983, l’Organisation mondiale de la santé ferait une déclaration qui changerait à jamais la vie de milliers de personnes dans le monde. Dans un article de Update intitulé «Développement de la méfloquine en tant que médicament antipaludique», l’OMS annonce que les essais de phase I du médicament ont commencé aux États-Unis. Il ajoute que les essais cliniques de phase II et de phase III ont été achevés et que l’on espérait que le médicament serait enregistré dans un avenir très nouveau.

Ils font référence à un seul essai de phase III mené en Zambie avec 99 volontaires masculins. On leur a administré une dose unique de 1 000 mg, bien tolérée, efficace et sans danger, avec un taux de guérison de 98%.

À la fin de l’article se trouvait la déclaration suivante:

Ainsi, il ressort des nombreux essais cliniques menés principalement chez les hommes que la méfloquine peut être sans danger et efficace en tant que traitement.

Deux ans plus tard, en 1985, la vente de la méfloquine en Suisse a été approuvée, suivie peu de temps après par la France. À ce moment-là, un médecin de la FDA à Washington, Dr Celia Maxwell, recommandait l’approbation de la méfloquine aux États-Unis. En 1989, son utilisation a été approuvée par la FDA et, en Europe, les premiers rapports d’événements indésirables liés à la méfloquine commencent à apparaître dans la littérature.

Le monde était sur le point de découvrir que la méfloquine n’était pas aussi bien tolérée ni aussi sûre qu’ils étaient amenés à le croire. Les résultats seraient mortels.

A suivre dans la deuxième partie…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s