Les Archives Australiennes: le scandale des proportions criminelles

Un ancien avocat de l’armée risque 60 ans de prison pour avoir divulgué des documents secrets… qui révélaient la tentative d’un gouvernement de renverser la démocratie.

David McBride devant le tribunal à Canberra aujourd’hui. Photo de Gary Ramage

Plus tôt cette semaine, j’ai publié un article sur les raids de la police fédérale australienne sur ABC et un journaliste australien. Je l’ai écrit en utilisant divers articles des médias «traditionnels» comme source, pensant obtenir des informations exactes et factuelles.

Après avoir appris à peu près tout l’article dans son intégralité, c’était de la pure merde, je l’ai supprimé et décidé de recommencer et d’examiner ce qui était vraiment au cœur de la question. De toute apparence, les médias australiens ont complètement gâché cette histoire, qui n’est peut-être pas involontaire.

De là où je suis assis à 13 000 km de distance, je vois quelque chose de troublant. C’est Machiavel et Orwell qui s’animent, alors qu’un pays du Commonwealth commence à ressembler à quelque chose de plus approprié au Pacte de Varsovie. Ce que je vois est une attaque contre la démocratie.

Où tout commence.

Toute information sur le major McBride et cette affaire proviendra désormais d’interviews avec les médias. J’ai eu de très brefs contacts avec lui et, compte tenu des circonstances actuelles, je ne pense pas qu’il sera en mesure de faire des commentaires aux médias. Son procès est maintenant en cours et, de ce fait, toute déclaration qu’il fera en dehors de la salle d’audience pourrait potentiellement mettre son affaire en péril.

J’espère pouvoir avoir un entretien approfondi avec le major McBride après son acquittement.

Le major (à la retraite) David McBride

Lorsque le major (à la retraite) David McBride a communiqué des milliers de documents secrets à la Australian Broadcasting Corporation, il devenait le deuxième lanceur d’alerte de sa famille. Il rejoint son père, le Dr William McBride (d.2018), qui découvrit en 1961 le lien entre la thalidomide et les anomalies congénitales. Son travail permettrait de sauver des milliers de vies dans le monde entier.

Armé de la même conviction, son fils prendrait des mesures drastiques pour mettre fin à un acte répréhensible. Le gouvernement était en train de commettre les actes en question et les troupes australiennes étaient tuées et blessées, non pas pour des gains tactiques ou stratégiques, mais pour des gains politiques.

Education et carrière.

Il a obtenu un diplôme en droit de l’Université de Sydney en 1985, avant de se rendre à l’Université d’Oxford, où il a obtenu une maîtrise ès arts en jurisprudence en 1988. Plus tard cette année-là, il a rejoint l’armée britannique pendant plus de cinq ans. dans le SAS.

Il reviendrait en Australie et travaillerait en pratique privée et se spécialiserait en droit international. En 2009, il a rejoint les forces de défense australiennes et a exercé les fonctions de juriste au sein du commandement des forces spéciales. Il a été déployé en Afghanistan à deux reprises avec le SAS, la première en 2011 et la seconde en 2013. En 2010, le major McBride a obtenu un LL.M en droit international de l’Université nationale australienne.

Le droit des conflits armés

Si vous avez le courage de prendre des relations internationales à l’université, vous finirez par vous familiariser avec le droit des conflits armés. Ce sont les lois établies par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) qui régissent les guerres.

Il existe quatre principes de base du DCA:

  • DISTINCTION: Protocole additionnel aux Conventions de Genève du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux (Protocole I), 8 juin 1977, article 48. Voir aussi le commentaire.
  • PROPORTIONNALITE: Manuel de l’armée de terre américaine FM27-10: Droit de la guerre terrestre (juillet 1956), page 5, paragraphe 41.
  • NÉCESSITÉ MILITAIRE: Le droit des conflits armés, le droit international humanitaire en temps de guerre, par Gary D. Solis, Cambridge University Press; 1re édition (15 février 2010), page 258.
  • SOUFFRANCES NON NÉCESSAIRES: Protocole additionnel aux Conventions de Genève du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux (Protocole I), 8 juin 1977, article 35.2. Voir aussi Commentaire.

Courtoisie: LOACBlog.com

Ce sont les lois qui régissent les guerres et les conflits armés, du moins par les États ou entités qui respectent la loi. Ces lois sont clairement énoncées et confient la responsabilité de leur respect à tous les combattants, à partir du commandant. C’est au niveau du commandement que des ordres clairs et sans ambiguïté doivent être donnés et suivis conformément au droit international.

Click to access law1_final.pdf

Comité international de la Croix-Rouge sur le droit des conflits armés.

jus ad bellum/jus in bello

Le DCA couvre les principes juridiques du jus in bello (justice en guerre), qui diffère du jus ad bellum (guerre juste). Les règles d’engagement (ROE) font partie intégrante du principe de jus in bello et de cette histoire.

Les règles d’engagement sont les règles ou directives internes aux forces militaires (y compris les individus) qui définissent les circonstances, les conditions, le degré et la manière dont le recours à la force ou à des actions pouvant être interprétées comme provocantes peut être appliqué. (Source: Wikipedia)

Règles d’engagement

Image result for australian special forces

Si jamais une phrase pouvait démoraliser instantanément un régiment entier à la fois, ce seraient les «règles d’engagement». En ce qui concerne les ROE, ils peuvent être très simples, c’est-à-dire tirer sur tout ce qui bouge, ou ils peuvent être très, très compliqués. C’est pourquoi les avocats sont désormais une caractéristique commune des unités de combat de nombreux pays.

Imaginez-vous dans une situation comme celle-ci: vous êtes un soldat déployé dans une situation hostile dans un pays étranger. Vous êtes chargé de protéger un groupe de civils, mais le niveau de protection que vous pouvez leur accorder est limité. Une foule en colère s’approche, armée de fusils et de machettes. Vous ne pouvez pas tirer sur la foule à moins qu’elle ne vous tire dessus en premier et que vous ripostiez, ou qu’elle tire sur le groupe que vous protégez.

La foule passe simplement devant vous sans tirer un coup de feu, prend le contrôle de vos charges et les conduit à être tuées ailleurs. En attendant, si vous tirez un seul coup en dehors de ces règles, vous devrez faire face à des accusations criminelles et à une peine de prison. De nombreux anciens soldats de la paix américains ont vécu un tel cauchemar.

Les règles d’engagement peuvent également être si restrictives que la vie des troupes peut être mise en péril à cause d’eux. Ce qui est encore pire, et s’est produit dans le passé, sont les cas où les règles d’engagement sont vagues et peu claires. Cela peut entraîner et entraîne souvent des pertes ou des décès sur le champ de bataille.

C’est ce que le major David McBride a commencé à remarquer lors de son premier déploiement en Afghanistan. En 2013, et lors de son deuxième déploiement, il était certain que ce qu’il voyait était intentionnel et utile. L’autorité principale de l’Australie sur le DCA était la preuve d’un crime commis au plus haut niveau.

Un article de journal très parlant.

Click to access 3.pdf

En août 2012, un article de la revue australienne de droit international intitulé «Qui est un membre? Assassinats ciblés contre des membres de groupes armés organisés ». Son auteur était le major David McBride. Il s’agit d’un examen de quarante-six pages sur la complexité des champs de bataille qui peut faire la différence entre une personne vivante et une personne mourante.

Pratiquement toutes les forces armées feront tout leur possible pour que les civils ne soient pas mis en danger lorsque les hostilités éclatent. À l’ère de la technologie et des armes intelligentes, la capacité de limiter les dommages collatéraux est plus grande que jamais. C’est la guerre cependant, et par définition les civils vont mourir, c’est inévitable. Il incombe toutefois aux soldats de minimiser les risques de dommages collatéraux et d’agir de manière responsable et non imprudente.

L’insouciance découle de l’ambiguïté. Des règles d’engagement complexes et déroutantes conduisent à des situations imprudentes, qui aboutissent inévitablement à la mort, généralement une victime innocente, mais souvent trop militaire. C’est ce que le commandant McBride essayait de faire comprendre dans cet article, car il le voyait de ses propres yeux en Afghanistan. Mais alors qu’il commençait à lire un nombre incroyable de documents secrets, une autre image commençait à apparaître.

Ce qu’il voyait était la preuve que les règles d’engagement étaient élaborées à la demande de politiciens, dont le seul objectif n’était pas d’atteindre un succès tactique sur le champ de bataille. Ils ont plutôt été conçus pour maximiser les gains politiques, pour marquer des points avec les électeurs et pour augmenter le nombre de sondages.

Ce n’était rien de plus qu’une tentative cynique et macabre de peser auprès des électeurs alors qu’ils regardaient leurs politiciens saluer les cercueils des défunts à l’aéroport ou faire le deuil des familles près de la tombe. Vous ne pouvez tout simplement pas acheter ce type de publicité avec de l’argent, c’est le genre qui coûte la vie de soldats.

Vous ne facturez pas le gouvernement.

Pendant deux ans, McBride porterait les preuves qu’il avait réunies devant toutes les autorités possibles. À presque chaque tour, à commencer par l’AFP, on lui a dit pratiquement la même chose. Ceci est le gouvernement, mon pote. Vous ne pouvez pas charger le gouvernement.

Eh bien, à qui diable êtes-vous censé vous adresser lorsque vos élus violent la loi? Ayant épuisé toutes les possibilités et respectant la loi, McBride a fait ce qu’il pouvait faire et a divulgué les documents aux médias. Les gens devaient savoir, devaient savoir et avaient tout le droit de savoir ce qui se passait au sein de leur gouvernement.

Un gouvernement qui choisit d’enfreindre librement la loi et de l’utiliser comme une arme contre ses propres citoyens ne fonctionne plus de manière démocratique. La nation avec un tel gouvernement est alors dangereusement proche de perdre sa démocratie et de la remplacer rapidement par un régime totalitaire.

CECI EST LE SCANDALE SANGUIN !!

Pas le gouvernement criminalisant les journalistes. Pas le raid sur ABC. Pas la perte de liberté de la presse. Ne pas. Même. Fermer.

C’est plus gros que ça. Il ne s’agit pas seulement de la liberté de la presse, c’est de la liberté. Un gouvernement libre de se débrouiller seul n’est pas ce qu’est une démocratie. Dans un pays qui est censé être l’une des démocraties les plus sûres au monde. Mais devinez quoi?

Le Canada le fait aussi !!!

Le régime Trudeau n’est pas meilleur. La question avec le directeur des poursuites pénales plus tôt cette année était une criminalité claire et flagrante et leur tentative de faire et défaire les lois comme ils l’entendaient. Ensuite, en tentant de convaincre le contre-amiral de chemin de fer Mark Norman, ils ont montré qu’ils étaient prêts à utiliser la loi comme une arme personnelle pour faire taire ceux qui s’opposent à eux.

La rétribution, pas la justice

Image may contain: 1 person, eyeglasses

Ce que le gouvernement australien fait au major David McBride est assinin. Ils le menacent de lui infliger une peine de 60 ans de prison, le restant de sa vie, pour avoir publié des documents qui ne révèlent aucun secret de la sécurité nationale et qui ne portent en rien atteinte à la sécurité de l’Australie.

Ce qu’ils sont, à tout le moins, gêne un grand nombre de politiciens. Ils sont la preuve d’un crime contre le peuple australien et pour avoir été patriote envers son pays, le major David McBride est mis au pilori.

La procédure peut être secrète, mais le gouvernement démocratique surveille de très près le gouvernement australien. Rien d’autre qu’un acquittement et des excuses ne sauront satisfaire beaucoup d’Australie ou du reste du monde.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s